Boké/Assurance Automobile : Le syndicat des transporteurs routiers acquis au combat du Fonds de Garantie Automobile

0
472

Après Conakry, Coyah et Dubréka, le Fonds de Garantie Automobile a déposé sa ‘’valise’’ vendredi, 14 Juin 2019 à Boké  où il a animé un meeting de sensibilisation relatif aux avantages de l’assurance automobile et les inconvénients de la non assurance.

D’entrée, le directeur général du Fonds de Garantie Automobile a tenu à justifier le choix de la ville de Boké : « Nous avons commencé notre campagne de sensibilisation dans la zone spéciale de Conakry où nous avons principalement parcouru toutes les gares routières de la capitale. Et le choix de Boké,  comme seconde étape du lancement de la campagne de sensibilisation vers les 33 préfectures à l’intérieur du pays, se justifie par le fait qu’aujourd’hui Boké est un pôle économique de très haute importance. J’ose même dire le poumon de l’économie guinéenne en raison de l’exploitation minière qui a attiré d’abord le monde mais aussi qui contribue à l’évolution fulgurante du parc automobile.

Selon les statistiques qui nous ont été communiquées par les services en charge de transport dans cette région, plus de 12 000 véhicules et engins divers roulent aujourd’hui dans la région minière de Boké.

Et vous n’êtes pas sans savoir que cette évolution du parc  automobile a pour conséquence d’abord l’intensification de la circulation routière, mais aussi et surtout la recrudescence des accidents de la circulation.

D’ailleurs, je viens de recevoir un témoignage du commandant de la gendarmerie routière faisant  état de ces accidents qui sont souvent dramatiques. Donc le choix de Boké se justifie du fait que la sensibilisation s’adresse d’abord où le parc automobile est très important et les accidents sont également de plus en plus fréquents ».

Convaincu de l’utilité de l’assurance automobile développée par Aly Camara, le directeur général du Fonds de Garantie Automobile et son équipe,  le secrétaire général du syndicat des transporteurs de Boké a, séance tenante, donné un délai moratoire d’un mois à tous les transporteurs d’assurer leurs véhicules. « Ce qui est passé est passé. C’est une telle structure (FGA) que les transporteurs avaient besoin comme garantie dans le secteur de l’assurance qui ne rassurait plus  les automobilistes. Désormais, nous sommes convaincus qu’il y a de quoi assurer les engins roulants. Je demande à tous les transporteurs d’assurer leurs véhicules. Le bureau du syndicat de Boké leur donne un mois. Passé ce délai, tout véhicule de transport non assuré n’accédera au parc », a-t-il dit  aux transporteurs présents à ce meeting.

Au nom de sa délégation, M. Aly Camara ne regrette pas choisir Boké. « C’est un sentiment de satisfactions que je ressens. D’abord à commencer par les autorités préfectorales, communales, les structures syndicales. Nous avons trouvé en face de nous des partenaires engagés, déterminés à respecter et à faire respecter l’obligation d’assurance dans leur périmètre géo-administrative.

En tout cas l’engagement qui vient d’être pris par les responsables des transporteurs de Boké nous rassure. Parce qu’avec un délai moratoire d’un mois qu’il a voulu accorder aux transporteurs de Boké.   Dans un mois, aucun transporteur ne quitterait dans l’une des gares routières de la commune de Boké   sans que son véhicule ne soit assuré. Cet engagement nous rassure et nous donne entière satisfaction », a laissé entendre Aly  Camara, très joyeux.

 Présent à ce meeting de sensibilisation, Yakouba Soumah, commandant de la compagnie sécurité routière de Boké promet un  de travail de synergie dans ce sens :  «A Boké, les gens avaient beaucoup de difficultés par rapport aux dédommagements quand il y’a accident de la circulation avec des blessures graves. Mais aujourd’hui si on a une voix de recours franchement ça va nous mettre à l’abri et ça va aussi rassurer les transporteurs d’aller vers Assurance.

Il n’y a aucune raison qu’on trouve une moto à 2 millions ou une voiture sans pouvoir l’assurer. Parce que nous courrons des risques. Mais si l’assurance est là est que les assureurs aussi font bien leur travail  correctement,  ça va beaucoup mobiliser les gens à aller vers eux.

A mon tour, je dirais aux éléments de la gare routière de nous communiquer les numéros des récalcitrants. Parce qu’une seule personne ne peut pas travailler. On va travailler en synergie ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*