Caravane des migrants: au Mexique, les Etats-Unis en ligne de mire

0
42

Au Mexique, la caravane de migrants centraméricains poursuit son chemin. Au rythme effréné de 40 kilomètres par jour, plus de 7 000 migrants centraméricains, dont une majorité de femmes et enfants, tentent d’atteindre les Etats-Unis.

 

Ils marchent désormais depuis plus de dix jours malgré le soleil brûlant et le manque d’eau et de nourriture. Les migrants n’ont qu’un seul but en tête : rejoindre les Etats-Unis pour y trouver une vie meilleure. « Jusqu’à maintenant, je n’étais jamais sorti du Honduras. Je veux continuer à avancer, mais je ne sais pas jusqu’à quand je vais tenir. Ma mission, c’est vraiment d’arriver jusqu’à la frontière », témoigne José Lopez.

Dans quel état d’esprit sont-ils, alors que Donald Trump leur a fait comprendre qu’ils ne seraient pas les bienvenus ? La plupart viennent du Honduras, dont ils fuient la violence et la misère. « La sécurité sociale ne fournit plus aucun médicament. J’ai un baccalauréat qui ne me sert à rien, car je ne trouve pas de travail. La situation actuelle au Honduras est vraiment difficile. Nos enfants meurent de faim. Nous ne partons pas par volonté, c’est la situation qui nous y oblige ! », s’exclame Sindy, jeune maman de 22 ans.

« Nous n’émigrons pas, nous fuyons », insistait un jeune Hondurien à la frontière mexicaine, alors que la caravane rassemble désormais plus de 7 000 personnes, et beaucoup d’enfants en bas âge dont les parents souhaitent qu’ils aient une vie meilleure. Marcher à plusieurs, c’est échapper aux passeurs, aux groupes criminels et aux autorités en faisant bloc. En première ligne, Wilmel, 25 ans, est déterminé : « Nous sommes une famille, un group uni. S’ils en capturent un, il faudra nous capturer tous, car nous marchons tous ensemble. »

Quand les familles marchent, elle font attention à rester groupées car on peut facilement s’égarer dans la foule. Un tel nombre, c’est en effet du jamais-vu. Au fil des jours, la fatigue s’accumule, le soleil du sud du Mexique brûle et les migrants sont très peu équipés. Ils doivent par exemple compter sur les habitants pour les ravitailler bénévolement sur la route. Pour l’instant, ils sont encore à 2 500 km de la frontière avec les Etats-Unis. Il va falloir tenir le coup jusque-là, l’espoir d’un futur meilleur leur permettant d’avancer.

Une seconde caravane de 1 500 migrants est partie depuis quelques jours du Honduras. Elle compte bien suivre les traces du premier groupe. Tous ces marcheurs ont l’espoir d’arriver aux Etats-Unis pour y trouver du travail. Tandis qu’à Washington, le président Donald Trump menace de couper les aides américaines au Honduras, les migrants répondent qu’ils n’en ont, de toute façon, jamais vu la couleur.

Avec RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*