Mercredi 21 octobre 2015 - Des hôpitaux débordés par l’afflux des patients depuis la fermeture du CHU Donka

VUES: 9171 FOIS

Les hôpitaux d’Ignace Deen et de Matam sont envahis de patients. Cela s’explique par les travaux de rénovation et de réhabilitation de l’hôpital Donka. Ces patients passent des heures devant les services, comme la maternité, pour se faire consulter.

Selon Saran Fofana, une des patientes « je suis là depuis 08h du matin et jusqu’à présent je n’arrive pas à rencontrer mon médecin. Avant, il y avait une certaine rapidité dans les services mais en ce moment, il y a trop de monde. On est obligé de patienter pour se faire consulter. »

Certaines structures sanitaires de la place sont confrontées aux mêmes problèmes, a en croire Housseynatou Barry, chef de service par intérim à la maternité de l’hôpital communale de Matam. D’après elle, l’affluence des grande à son lieu de travail depuis l’annonce des travaux de rénovation de l’hôpital Donka. « Actuellement nous pouvons faire au moins sept césariennes par jour alors qu’avant on n’en faisait que deux. On est même en difficulté due aux problèmes de place. On est parfois obligé de renvoyer certaines femmes qui sont moins souffrante pour accueillir les plus souffrante »

Des dispositions sont entrain d’être prises par  le ministère de la sante pour pallier ces insuffisances, nous  explique Dr. Mohamed Awada, directeur général de l’hôpital Ignass Deen. « Nous sommes entrain de trouver des solution. Le ministère de la santé est à pied d’œuvre. Pour la maternité, il y a l’hôpital Bernard Koushner et celui de Jean Paul 2, ce qui va nous aider à régler le surplus de malades. »

En attendant l’application de toutes ces mesures, ce sont les citoyens qui subissent les conséquences de la fermeture de l’hôpital Donka pour une période  de 24 mois, soit deux années.

 

Diaraye Diaguissa SOW

621945270