Jeudi 04 Février 2016 - L'augmentation des taxes et impôts sur l'importation des marchandises : « les populations paieront cher les conséquences », prévient le GOHA.

VUES: 8223 FOIS

Face à de nouvelles impositions fiscales dans le secteur économique guinéen, le Groupe organisé des hommes d'affaires a, au nom des opérateurs économiques, dénoncé la mesure gouvernementale qui a donné lieu à la révision à la hausse des taxes et impôts pour "financer le déficit budgétaire de l'État guinéen, courant 2016" selon le gouvernement Youla. Mais la décision est mal perçue chez les importateurs qui parlent d'une initiative unilatérale et exagérée.

S'exprimant ce jeudi 04 février dans les médias, Mohamed Chérif Abdallah, président du GOHA, a abordé les conséquences des mesures fiscales et douanières et l'indemnisation des commerçants victimes de pillages survenus à l'occasion des mouvements politiques qui ont secoué la guinée entre 2007 et 2015.
« Le gouvernement oublie que, quel que soit le taux de taxation qu'on imposerait dans le pays, les commerçants, eux, auront toujours une marge de bénéfice sur les produits importés. Donc, les gens doivent s'attendre à l'augmentation de tous les prix et ça ne sera pas de notre faute. Alors, de toutes les façons, ceux sont les populations qui vont payer très cher l'impact de ces nouvelles taxes. Le gouvernement devait nous consulter avant de se lancer dans une telle aventure, mais, ce n'est pas le cas », a expliqué Mr Abdallah.

D'après le GOHA, les pertes infligées aux commerçants depuis 2007 sont évaluées à plus de 200 milliards de francs guinéens. « Nous avons déposé le rapport synthèse de ces pertes sur la table du gouvernement sans suite », déplore l'homme d'affaires mais, « si le gouvernement ne prend pas les mesures qu'il faut pour indemniser les victimes, nous prendrons de fortes décisions pour obtenir justice » a t-il laissé entendre.

Ibrahima Diallo, +224 655 946 005.