Mardi 1er mars 2016 - Fête de la monnaie guinéenne : «le taux directeur et le coefficient réserve obligatoire ont été révisés à la baisse pour passer de 13% à 11 % et de 20% à 18% respectivement » selon le gouverneur de la BCRG

VUES: 4387 FOIS

La Guinée fête ce mardi, 01 mars 2016,  le 56ème anniversaire de sa monnaie nationale. Dans une déclaration en prélude à cette journée, le gouverneur de la Banque Centrale de la république de Guinée (BCRG), Dr Lounceny Nabé a rappelé l’historique de l’évolution de la monnaie guinéenne de 1960 à 1985, les acquis obtenus durant ses 56 ans d'existence, ainsi que les mesures prises pour la relance économique du pays.

Le gouverneur a également parlé des multiples efforts consentis pour parvenir à une bonne conduite de la politique monétaire et de change de 1960 à 1985. Selon lui, au cours de cette période « la Guinée a mis en œuvre une politique monétaire qui visait à assurer la stabilité de la valeur interne et externe à travers la lutte contre l’inflation, la recherche de l’équilibre de la balance des paiements, du développement et de la croissance économique ».

Parlant des acquis de la création du franc guinéen à nos jours le patron de la Banque Centrale de la République de Guinée a fait savoir que son institution a maintenu une politique qui allie rigueur et souplesse « Ce 56ème anniversaire de notre monnaie nationale consacre plusieurs années d'efforts et d'actions au cours desquelles la BCRG a joué son rôle de régulateur des équilibres monétaires et financiers de notre pays. A cet égard, la rénovation de ses statuts a permis de consolider son indépendance par rapport à la conduite de la politique monétaire et de change et favoriser la transparence de ses activités. Dans le domaine de la politique monétaire, la BCRG a maintenu une politique qui allie rigueur et souplesse, selon les conditions monétaires du moment afin de soutenir la croissance économique. En février 2015, le taux directeur et le coefficient réserve obligatoire ont été révisés à la baisse pour passer de 13% à 11 %  et de 20% à 18% respectivement. En matière de politique de change, la BCRG a accentué ses interventions sur le marché interbancaire de change afin d'assurer la stabilité du taux de change par rapport aux principales devises »

Dr Nabé a annoncé plusieurs mesures prises suite à la situation difficile de l’économie guinéenne, selon lui « La Banque Centrale entend, l'année 2016, achever le processus de mise en place des organismes  statutaires de la Banque par la soumission d'un décret de nomination des membres du Comité de politique monétaire, mettre en place un système d'information du crédit pour aider le financement du secteur privé, notamment en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises, lancer le système de prévision des facteurs autonomes de la liquidité bancaire,  démarrer l'étude  de faisabilité de nos bourses des valeurs à Conakry, promouvoir et poursuivre le renforcement de la supervision et du contrôle des banques, des institutions de la micro finance et des assurances pour assurer une meilleure protection des déposants et de notre paysage financier , reconstituer les réserves de changes en vue d'intervenir efficacement sur le marché , construire le Switch national de monétique destiner à assurer l'interopérabilité des cartes bancaires émises par les établissements de crédit , poursuivre son programme de promotion et de renforcement de l'inclusion financière dont le socle repose sur la monétique».

Malgré tout, le problème de petites coupures continu de plus belle. Ce qui, aux yeux des citoyens favorise la montée des prix dans nos différents marchés.

Ahmadou Bah.