Jeudi 10 Mars 2016 - Affaire Miltech: l'hypothèse d'une escroquerie de 11 milliards de francs guinéen semble se confirmer.

VUES: 4342 FOIS

Miltech (Millénium Technologie), c'est le nom d'une prétendue société d'investissement en ligne (bourse de Londres) qui évolue sur le territoire guinéen depuis un an et ce, en violation des textes régissant le fonctionnement des établissements banquiers, si l'on croit aux propos du gouverneur de la Banque Centrale, Louceny Nabé qui s'est exprimé sur le sujet il y'a quelques semaines, à l'occasion d'une interview qu'il a accordé à un média privé de la place.

Pour défaut de non obtention d'agrément, les activités de cette société ont été bloquées pour des fins d'investigation depuis Novembre 2015.

D'après nos informations obtenues auprès de la direction de ladite société ce jeudi 10 Mars, en 10 mois d'exercice elle a réalisé un chiffre d'affaires de 11 milliards de francs guinéen, appartenant à une clientèle estimée à 1200 personnes. Par ailleurs, vue que l'ordre de désintéressement intimé à la société par la BCRG, tarde à se mettre en place, beaucoup de clients commencent déjà à désespérer, c'est le cas de Houlaymatou Barry qui explique « depuis près de 5 mois maintenant mes 13000 dollars sont bloqués dans cette banque, les responsables nous disent toujours la même chose et on ne voit rien. Mais j'ai perdu l'espoir de rentrer en possession de mon argent que j'ai acquis après une mission de travail au compte d'une organisation, j'ai donc investi dans cette entreprise en ayant toute ma confiance en elle. L'État n'est pas responsable de notre sort, mais il est déplorable qu'il refuse de défendre sa population, parce que là, nous sommes vraiment victimes d'une escroquerie » nous a confié cette désormais ex cliente de Miltech, déplorant de passage l'attitude" irresponsable" des autorités de la BCRG.

« Jusque-là le problème se situait à la BCRG, pourtant cette derniere nous a dit avoir donné l'ordre à la société de rapatrier ses fonds qui existent à l'étranger pour débuter le processus de désintéressement, chose qui n'est pas encore effective », a laissé entendre un autre client dans le désarroi.

Une information que réfute le Directeur Général de Millénium Technologie, qui parle d'un processus de désintéressement qui va bientôt démarrer «  c'est juste que le rapatriement des fonds a pris du retard, nous avons dans les banques de la place 3 milliards et à la bourse environ 9 milliards, lorsque nous auront mis ensemble ces fonds, le désintéressement va aussitôt commencer », rassure Ibrahima Diallo.

Avec cette double communication sous un accent de rejet de responsabilité entre Banque Centrale et Miltech, l'hypothèse d'une escroquerie reste plausible aux yeux et au su du gouvernement, apparemment impuissant dans sa mission régalienne de protection des intérêts de ses citoyens.

A noter qu'après l'épisode BADAM, si les autorités ne prennent garde avec l'affaire de cet autre établissement, c'est l'avenir de plusieurs centaines de personnes qui est en jeu, essentiellement composées d'étudiants et de diplômés sans emploi. Ce qui n'est pas sans conséquences sécuritaires dans le pays.

 

Ibrahima Diallo, +224 655 946 005