Mardi 26 avril 2016 - Traque des djihadistes au Mali : Pris pour cibles, les peuls crient ŕ l’amalgame.

VUES: 3539 FOIS

La traque contre le terrorisme se poursuit au Mali. Les différentes forces présentes sur le terrain, notamment la Minusma, les Famas, la Force Française Barkhane et les Groupes Armés, sont sur le qui-vive. Dans cette traque ‘’les bavures et amalgames sont commises par les militaires maliens et les milices’’, selon l’association des peuls “Kawral poulakou”.

Oumar Aldjana, leader de la dite association s’insurge contre le fait que ''l’armée et des milices au Mali tuent et arrêtent injustement des civils peuls pris pour des djihadistes''.

Selon lui, plus de quinze civils auraient été tués par les militaires maliens et des milices, il soutient que ces tueries sont fondées sur l’amalgame et sans preuve tangible. « On prend parfois tous les Peuls pour des djihadistes, mais c’est faux. Il ne faut pas faire d’amalgame. Nous sommes fiers d’être des maliens mais nous sommes aussi fiers d’être Peuls » a t-il déclaré.

Par contre, la Direction de l’Information et des Relations Publiques de l’Armée (DIRPA) réfute ces allégations. « C’est un peu vague. C’est vraiment léger comme accusation. Le moment et le lieu ne sont précisés. C’est des allégations lancées comme ça. Il n’y a aucune précision. Nos hommes (les Famas) sont formés sur la base du respect des droits de l’Homme », affirme Souleymane Dembélé, Directeur de la DIRPA.

La lutte contre le terrorisme crée ces derniers temps des vives tensions entre les communautés et les forces de sécurité présentes au Mali. Des troubles ont éclaté le lundi dernier dans la ville de Kidal. Les manifestants, des jeunes et des femmes, mécontents des arrestations de certains combattants des Groupes Armés par l’opération Barkhane dans le cadre de la lutte antiterroriste, se sont attroupés sur le tarmac de l’aéroport de la ville contrôlée par la Minusma. La manifestation, qui a dégénéré, a fait deux morts. Une enquête a été ouverte par la Minusma pour situer les responsabilités.

Ahmadou Bah.