Mercredi 25 mai 2016 – Huile de palme menacée : Marc Yombouno, chef de délégation de sa campagne de sensibilisation en G-Forestière.

VUES: 6192 FOIS

Apres l’interdiction de la vente du miel et de certains poissons venant de la Guinée dans plusieurs pays d'Europe, des voix se lèvent autour de la composition de l’huile rouge guinéenne.

Des gros consommateurs étrangers accusent certains commerçants guinéens, de mélanger cette huile à du SODAN 4, colorant très nocif à la santé humaine. Conséquence de cet amer constat, cette huile n’est presque plus vendue à l’extérieur du pays, notamment en Europe et aux Etats-Unis.

C’est dans ce cadre que Marc Yombouno, Ministre du Commerce, a lancé une vaste campagne de sensibilisation en Guinée-Forestière, pour expliquer aux acteurs de la filière huile les dangers liés à l’utilisation du SODAN 4 dans la fabrication de l’huile rouge. Les villes de Guéckédou et Macenta constituent la première étape de cette sensibilisation.

« On les a expliqué les conséquences sanitaires et économiques de l’utilisation de ce colorant dans l’huile rouge, en même temps nous avons parlé aussi des dispositions prises par le gouvernement, notamment la signature du Décret par Mr le Président de le République et l’arrêté qui a été signé par Mr le Ministre du commerce. Donc il fallait expliquer le contenu de ces documents pour qu’ils puissent prendre des dispositions idoines afin que l’on arrête cette mauvaise pratique », a expliqué Mohamed Kalifa Camara, chef de division documentation et relation extérieur de l’Office Nationale de Contrôle Qualité.

Pour réussir son pari, Marc Yombouno a impliqué les notables dans sa lutte. Ces sages s’engagent à accompagner le Gouvernement dans toutes ses entreprises.

« Nous avons attentivement écouté le Ministre. Nous avons pris note et nous prendrons toutes nos dispositions. Le conseil préfectoral des sages tiendra une réunion autour du problème pour trouver des solutions. Nous prendrons des dispositions pratiques pour que cette mauvaise habitude soit complètement anéantie », a expliqué le doyen Dénbadouno, président des sages de Guéckédou.

« Nous les sages nous sommes heureux du message du Ministre et nous sommes sûr que notre population comprendra que cette lutte vise à protéger nos santés », soutien le doyen de sages de Macenta.  

Le message du Ministre du commerce et de sa délégation, a également été apprécié par les principales concernées, à savoir les femmes commerçantes d’huile, qui ont promis de s’investir pour mettre fin à cette pratique.

« Nous sommes tous inquiets par cette affaire. Même nous, nous ne parvenons plus à écouler notre huile parce que les gens pensent que c’est de l’huile mélangée donc, nous allons faire nos enquêtes pour dénoncer les auteurs de cette pratique », a promis Séta Millimono.

Au sortir de la rencontre, le chef du département du commerce s’est dit rassuré des engagements pris par les commerçantes.

« Les engagements ont été pris par les femmes vendeuses qui sont d’une part incriminées dans cette affaire, et les autres acteurs ont pris l’engagement de ne plus utiliser de colorant dans l’huile rouge. Nous sommes satisfaits », nous a confié Marc Yombouno.

Apres Guéckédou et Macenta, le Ministre du commerce va poursuivre cette campagne de sensibilisation dans la préfecture de N’Zérékoré, une autre zone à forte production d’huile de palme.

Kadija Diallo.