Jeudi 02 juin 2016 – Santé : l’OMS annonce la fin de l’épidémie Ebola en Guinée, le pays rentre dans la phase des 90 jours de surveillance renforcée.

VUES: 5288 FOIS

Après les 42 jours de la sortie du dernier cas suspect d’Ebola à Pkoropara, village situé dans la préfecture de N’Zérékoré, la Guinée entre dans les 90 jours de surveillance renforcée.

L’annonce a été faite ce mercredi par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à la Coordination Nationale de Lutte Contre Ebola, qui a certifié en outre, la fin de la résurgence de l’épidémie dans les préfectures de N’Zérékoré et Macenta.

« A ce jour, 1er juin 2016, je déclare au nom de l’OMS la fin de la flambée de la maladie à virus Ebola, survenue le 17 mars 2016 dans les préfectures de N’Zérékoré et de Macenta. Le dernier cas sorti du Centre de Traitement Ebola (CTE) de N’Zérékoré a été déclaré guéri il y a 42 jours. Délai recommandé par l’OMS pour la déclaration de la fin de l’épidémie.

Cependant, chacun doit garder à l’esprit qu’à partir d’aujourd’hui, s’ouvre la période des 90 jours de surveillance renforcée recommandée par l’OMS pour nous assurer que toute flambée est immédiatement détectée avant la transmission à d’autres personnes. La vigilance ainsi que les capacités de riposte doivent être maintenues », a déclaré le Représentant de l’OMS en République de Guinée.

Pour éviter une nouvelle contamination, cette organisation internationale recommande aux autorités guinéennes la vaccination autour des personnes guéries d’Ebola et la surveillance en ceinture renforcée. Des recommandations déjà prises en compte par la Coordination.

« Dans cette surveillance, nous sommes en train de faire des examens systématiques à tous nos sortis guéris. Nous sommes déjà en rapport avec le Libéria et la Sierra-Léone afin de partager nos stratégies. Nous allons tout faire pour réduire le risque au maximum ».

Selon la Coordination, tous les contacts guéris d’Ebola seront vaccinés au plus tard en mi-juillet mais, pour ces responsables en charge de la lutte contre l’épidémie, même si la maladie est déclarée finie sur le sol guinéen, nous devons encore rester sur nos gardes.

Ahmadou Bah.