Vendredi 10 juin 2016 – Ebola : l’INS publie un rapport relatif à l’impact de la maladie sur les secteurs de développement en Guinée.

VUES: 181 FOIS

L’Institut National de la Statistique (INS) a publié un rapport relatif à l’impact de la maladie à virus Ebola en Guinée, sur les différents secteurs de développement du pays. Selon le rapport qui s’étend sur 15 jours, l’économie est le secteur le plus touché à cause de la baisse des investissements dans le pays.

Après la déclaration de la fin de cette maladie qui a fait plusieurs victimes dans notre pays, l’économie a connu une baisse considérable, ce qui a entrainé la réticence des investisseurs étrangers et nationaux. C’est dans ce cadre que l’INS a conduit une enquête à travers le pays afin de mesurer l’impact socioéconomique de la maladie sur les ménages.

« Nous avons obtenu les résultats après six mois d’intenses travaux. L’impact d’Ebola reste et demeure présent aussi bien dans le secteur de la santé, de l’éducation, que dans celui de la sécurité alimentaire. Le deuxième facteur se trouve au niveau de la scolarisation. Nos structures scolaires, malgré tous les efforts que le Gouvernement a fournis, ont pris des coups », explique Aboubacar Kaba, Directeur général de l’INS.  

Financée à hauteur de 50.000 dollars par la Banque Mondiale (BM), cette opération a conduit au déploiement de 5.000 agents auprès de 2.467 ménages pour identifier les victimes.

L’INS compte poursuivre ses enquêtes avec l’appui de ses partenaires. Pour satisfaire ces attentes, le représentant de la Banque Mondiale en Guinée n’a pas manqué de certifier son engagement dans l’accompagnement de l’INS dans son projet.  

« Nous avons constaté que l’épidémie Ebola a eu un impact négatif sur les conditions de vie des ménages guinéens. Nous sommes très contents que la maladie soit finie en Guinée mais, nous devons toujours être vigilants. La BM restera sur le terrain pour continuer à supporter le Gouvernement dans cette phase post-Ebola », rassure Aly Zafar.

A rappeler qu’après les 42 jours de la sortie du dernier cas suspect d’Ebola à Pkoropara, village situé dans la préfecture de N’zérékoré, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé le 1ER juin dernier, la fin de la résurgence de l’épidémie en Guinée.

Cependant pour éviter toute flambée, la vigilance, la surveillance en ceinture renforcée et les capacités de riposte doivent être maintenues. 

Kadija Diallo.