Jeudi 30 juin 2016 – l’Ambassadeur de l’Angleterre en Guinée sur les ondes de Radio Nostalgie : « On va quitter l’Union européenne, on l’a choisi et il faut respecter la volonté du peuple ».

VUES: 4835 FOIS

L’Angleterre a finalement choisi de mettre fin à quarante-trois années d’appartenance à l’Union européenne, en disant oui au « Brexit » lors d’un référendum dont les résultats ont été annoncés la semaine dernière. Le camp favorable à la sortie du Royaume-Uni de l’UE, l’a emporté avec 51,9 % contre 48,1 % pour le camp pro-européen.

Le Premier Ministre conservateur qui avait initié le référendum alors qu’il était lui-même opposé au Brexit, a annoncé qu’il quittera son poste dans les trois mois qui suivent.

L’Angleterre pourtant bénéficie de plusieurs milliards d’euros au titre des programmes financés par l’Union européenne en faveur de ses membres. Si Londres quitte l’Union européenne, ces aides pourraient disparaître.

Quelle pourront être les conséquences économiques sur le pays ?

Pour répondre à la question, Nostalgie Guinée a invité l’Ambassadeur de l’Angleterre en Guinée dans une émission politique ce jeudi. Selon la diplomate anglaise, son pays détient 250 milliards de livres sterling en réserve.

« Nous avons la cinquième plus grande économie du monde, deuxième plus forte de l’Europe actuellement. La Banque Centrale d’Angleterre était bien préparée pour confronter cette situation. Le Gouverneur de la banque a parlé vendredi dernier d’une réserve de 250 milliards de livres sterling au cas où il y a vraiment des problèmes », a déclaré Catherine Inglehearn, Ambassadeur de l’Angleterre en Guinée sur Radio Nostalgie.

Revenant sur le retrait de son pays de l’Union européenne, l’Ambassadeur de Grande Bretagne en poste en Guinée depuis un an, a indiqué qu’il faut respecter la volonté du peuple.

« On va quitter, cest ça la democratie, on a choisi et il faut respecter la volonté du peuple. Maintenant il y a un grand travail à faire pour décider sur comment former ce rapport dans le futur avec l’Union européenne. Ce n’est pas que nous ne sommes pas des européens, ce qui est sûr, nous voudrons rester comme un partenaire très fort de l’Union européenne », précise Catherine Inglehearn.

Selon la diplomate anglaise, son pays a besoin de l’Europe tout comme l’Europe aussi à besoin de l’Angleterre.

« Nous avons besoin de l’Europe, ceux qui ont plaidé pour quitter l’Union européenne sont très clair. Nous voulons un rapport très proche avec l’Europe. Mais l’Europe a aussi besoin de la Grande Bretagne car chacun d’entre nous a la volonté de trouver un bon chemin pour aller en avant », a indiqué la diplomate anglaise.

Les tenants d’une ligne plus libérale perdent un pays très peuplé. Et le « Bloc Libéral », composé notamment du Royaume-Uni, des Pays-Bas ou encore de la République tchèque, passera de 25 % à 15 % de la population totale de l’Union européenne.

Ahmadou Bah