Jeudi 14 juillet 2016 – Manifestations annoncées de l’opposition : l’honorable Cheick Tidiane Traoré se demande pourquoi !

VUES: 7161 FOIS

L’opposition républicaine veut de nouveau manifester dans les rues, pour quoi obtenir en réalité ?

A l’âge d’or des manifestations de rue, post élection 2010, nombreux sont les Guinéens et Guinéennes qui se sont joints à l’opposition pour protester contre tout ce qui, à leurs yeux ne marchaient pas dans le pays.

Des citoyens ont fait grève et sont descendus dans la rue sans savoir pourquoi ? Au fil du temps, un questionnaire est devenu récurrent : Mais à quoi sert une manifestation de rue ? Quelle est sa logique ? Est-ce que la manifestation de rue est l’unique mode d’expression systématique de la classe politique ?

Le recours à la rue semble s’institutionnaliser en Guinée : manifester est devenu de plus en plus banal, pour de plus en plus de gens et dans des milieux de plus en plus divers.

Le bilan des manifestations de rue est macabre avec souvent des issues dramatiques : affrontements violents avec les force de l’ordre, morts, blessés graves suivis d’invalidité permanente totale ou partielle, pertes de biens, emprisonnements, ...

Aujourd’hui, la classe politique de l’opposition semble manquer de thématique pour manifester et cherche à ravir la vedette aux organisations syndicales, sur le thème du pouvoir d’achat et des conditions de travail, la baisse du prix du carburant, etc.

De moins en moins de gens se joignent désormais aux cortèges politiques. En dehors de l’axe et d’un petit nombre de préfectures, le mot d’ordre de l’opposition républicaine est peu ou pas suivi. C’est ce qui invite d’ailleurs le Chef de fil de l’opposition dans l’arène en vue de remobiliser les troupes qui n’ont plus de motivation.

À quoi sert une manifestation aujourd’hui ?

• À faire semblant d’avoir un intérêt pour « la chose publique » ;

• À désavouer tout ce que le pouvoir en place fait de bon et de mauvais sans discernement ;

• À exprimer ses revendications dans un cadre voulu collectif, malgré le recul des partis séniors dont la participation aux manifestations donnait une légitimité aux actions de rue du Chef de fil de l’opposition ;

• À donner l’impression de vouloir engager un dialogue inclusif sans y croire ;

• À médiatiser l’occupation de la rue, pour « faire de l’image » ;

• À empêcher de paisibles citoyens de vaquer librement et paisiblement à leurs activités ;

Quel est le portrait type du manifestant ?

• Il est de plus en plus jeune (ils sont nombreux sans domicile fixe, diplômés sans emploi ou en perte scolaire) ;

• Il vit généralement sur l’axe Hamdallaye – Bambéto – Coza – Kagbelen ;

• Il a le plus souvent décidé d’aller défiler dès qu’il a eu connaissance de la manifestation parce qu’il ne bénéficie d’aucune attention de la part du gouvernement ;

• Il manifeste régulièrement, parce que ça devient un fonds de commerce pour lui ;

• Il est de plus en plus violent, de plus en plus réfractaire aux services de sécurité.

Que se passe-t-il après une manifestation de rue ?

• Désolation sous toutes ses formes.

Les prochaines manifestations de rue de l’opposition guinéennes sont un pari risqué. Une chose est de parvenir à s’imposer dans l’arène politique de l’opposition, une autre est de parvenir à se faire comprendre et surtout accepter de tous. Or, de nos jours, pratiquement, seule l’UFDG sera sur le terrain. Dans le tableau qu’affiche aujourd’hui le collectif qui compose l’opposition républicaine que tout divise sauf la lutte contre le pouvoir du moment, il n’y a que la formation politique du Chef de fil de l’opposition qui compte pour assurer et le financement et la mobilisation pour ladite manifestation de rue.

Malheureusement, les actions spectaculaires et la violence qui surviennent à l’occasion des manifestations de rue, ont le plus souvent jeté l’opprobre sur les protestataires et délégitimé la cause de l’opposition républicaine.

A date, la manifestation de rue ne sert que de moyen d’introduire une controverse pour offrir l’opportunité pour les acteurs du moment de l’opposition républicaine de pouvoir publiquement s’exprimer et éventuellement de gagner en crédibilité auprès des médias.

Le MPR demande au peuple de Guinée de rester mobilisé et attentif.

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

Conakry, le 13 juillet 2016

Le Président du MPR

Honorable Cheick Tidiane TRAORE