Mercredi 27 juillet 2016 - Le Ministre Abdoulaye Magassouba devant la presse pour pr├ęsenter les acquis concrets obtenus par son d├ępartement au cours du premier semestre 2016

VUES: 11601 FOIS

Le Ministre des Mines et de la Géologie, Monsieur Abdoulaye Magassouba a rencontré la presse ce mercredi 27 Juillet pour passer au peigne fin l’ensemble des acquis obtenus au cours de ce premier semestre 2016. Cette rencontre avec les médias nationaux et internationaux vise à améliorer la gouvernance dans le secteur à travers la mise en place d’une politique de transparence et d’information des citoyens des activités en cours dans ce secteur.

C’est dans cette optique que Monsieur le Ministre a entamé son grand oral en affirmant que le secteur minier constitue un secteur clé de l’économie nationale, raison pour laquelle dit-il, le Président de la République a placé ce secteur au cœur du développement de la Guinée. Pour lui, les réformes réalisées au cours du premier mandat du Président de la République ont permis d’asseoir les bases du développement de ce secteur, et par ricochet celui de la Guinée.

Pour rappel, Monsieur le Ministre a indiqué que dans la lettre de mission qui a été assignée à son département par Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, figure cinq (5) objectifs prioritaires à savoir :

-              La création d’un cadre de suivi propice à l’investissement

-              L’amélioration du suivi des activités minières

-              L’amélioration de la base de connaissances géologiques

-              Le renforcement des capacités de l’administration minière

-              L’accroissement de l’impact économique du secteur minier sur l’économie nationale.

Concernant le premier objectif prioritaire, à savoir : créer un cadre propice à l’investissement ; il y figure, en bon titre, la modernisation du cadastre minier. A ce niveau, Monsieur le Ministre a affirmé que le nouveau système informatisé du cadastre minier doit être opérationnel avant la fin d’année 2016. A cet effet, un réseau géodésique national de premier ordre a été bâti avec 26 points retenus. Pour garantir et rassurer les investisseurs potentiels dans ce secteur, Monsieur le Ministre a précisé que la mise en place comité interministériel de suivi des projets miniers intégrés (CISPMI) consiste à accélérer les procédures administratives requises pour la mise en œuvre efficace et rapide des projets miniers de grande envergure, associant mines et infrastructures. Pour lier l’utile à l’agréable, le Secrétariat Permanent, avec le Guichet Unique, du comité interministériel de suivi des projets miniers intégrés (CISPMI) est opérationnel depuis le 16 Mai 2016.

Pour mieux améliorer les relations entre les sociétés minières et les communautés d’accueil, une table ronde des parties prenantes du secteur des mines et de la Géologie a été initiée. Cette table ronde a pour objectif d’organiser une série de concertation entre toutes les parties prenantes du secteur minier afin d’élaborer un plan stratégique national en matière de développement minier responsable, son lancement officiel a eu lieu le 03 Juin dernier.

Dans un autre registre toujours au compte du premier objectif, Monsieur le Ministre a annoncé que le système de régulation des infrastructures connexes aux mines a été finalisé dans le cadre du soutien à la mutualisation et du développement des infrastructures minières. Ce système de régulation dont il s’agit a été validé le 17 Juin dernier lors d’un atelier de haut niveau ayant enregistré la participation du Ministre d’Etat, Ministre des Transports et du Ministre des Mines.

Parlant du contrôle et du suivi, deuxième objectif prioritaire assigné au Ministère des Mines et Géologie, Monsieur le Ministre a insisté sur l’amélioration du contrôle minier, tant documentaire que sur le terrain. A ce titre, des missions de contrôle et d’inspection ont été effectuées sur le terrain et 149 permis ont été retirés et reversés dans le portefeuille de l’Etat a signalé Monsieur le Ministre. Cela a permis de renforcer le contrôle et l’analyse des activités de production et d’exportation en vue de maîtriser les flux financiers découlant des opérations minières. Les exercices de réconciliation des données du BNE et de celles de la BCRG ont révélés un montant de l’ordre de 87 Millions de Dollars US non rapatrié par les comptoirs d’achat et d’exportation d’or. Pour ce faire, des mesures sont en train d’être prises pour le rapatriement en devise des recettes d’exportation d’or.

Le troisième objectif prioritaire, celui d’améliorer la base de connaissances géologiques est axée sur la récupération des données détenues par les tiers et la relance de la recherche. Cette dernière est à l’échelle de 1/100000ème.

Quant au quatrième objectif prioritaire, relatif au renforcement des capacités de l’administration minière, Monsieur le Ministre a évoqué le développement d’un partenariat pour la construction et l’équipement d’un laboratoire national de la géologie. Pour y parvenir dit-il, le processus de recrutement d’un consultant a été lancé pour les études préalables et la constitution d’un dossier d’appel d’offres. Plaçant la qualification de son personnel au cœur de ses priorités, Monsieur le Ministre a martelé qu’on ne saurait aboutir à des résultats probants s’il n’y a pas de cadres compétents pour la gestion minière. Pour cela donc, 82 fonctionnaires du Ministère des Mines et de la Géologie vont être formés grâce à un appui de la BAD à hauteur de 3 Millions de Dollars US sur différents thèmes reliés à l’administration publique en général, et à l’administration minière en particulier.

Pour parfaire le cadre de travail, le Ministère des Mines et de la Géologie a continué la rénovation, entamé la construction et l’équipement des infrastructures du Ministère à Conakry et à l’intérieur du pays.  Cela concerne la rénovation du bâtiment principal du Ministère des Mines et de la Géologies, de la finition et de l’équipement des bureaux nouvellement aménagés pour le Centre de Promotion et de Développement Minier (CPDM) sont en cours. Une quarantaine de bureaux est rendue disponible et opérationnelle pour le bien être des cadres du Ministère.

Enfin, le cinquième objectif prioritaire, concerne l’augmentation de l’impact économique du secteur minier sur l’économie nationale. Le Ministre des Mines et de la Géologie compte élaborer et mettre en œuvre, dans un bref délai, la politique nationale de contenu local dans le secteur minier. Et le projet de politique de contenu local commencé en 2015, est en cours de finalisation. Prenant en compte tous les aspects de l’exploitation minière, Monsieur le Ministre a parlé de la réorganisation de l’exploitation artisanale et de la promotion semi-industrielle. Pour matérialiser cette ambition, des centaines d’exploitants artisanaux sont formés et sont en cours de professionnalisation dans deux villes en phase pilote (Siguiri et Mandiana), 200 parcelles destinées à l’exploitation artisanale de l’or sont identifiées et bornées à Siguiri et à Mandiana pour permettre aux exploitants artisanaux d’être mieux encadrés et soutenus.

Pour terminer, Monsieur le Ministre a notifié que les activités d’amélioration du cadre de concertation ont notamment permis d’obtenir les résultats suivants à savoir la finalisation de la négociation de la convention de base d’Alufer pour 185 Millions d’investissements prévus. La signature de la convention de base amendée de la SAG pour 400 Millions de $ US dont 117 Millions pour la première phase. L’adoption par l’assemblée nationale de l’annexe de 12 de la convention Projet Dian-Dian. L’accord sur la Réhabilitation et l’extension de l’usine d’alumine de Friguia. L’approbation du financement de la première phase du projet d’extension de la CBG de 643 Millions de financement immédiat et l’approbation du financement de la première phase du projet GAC à hauteur de 1,4 Milliards $ US. Monsieur le Ministre a signifié avec acuité, que toutes ces avancées vont concourir de façon substantielle à améliorer les conditions de vie des guinéens.

Pour terminer, Abdoulaye Magassouba a insisté sur le fait que la Guinée se trouve à un tournant de son histoire. Plus loin, il ajoutera que pour que toutes ces promesses soient tenues, notre pays a besoin de paix et de stabilité durable. Condition sine qua non pour un développement harmonieux et pérenne de notre économie.

La Cellule de Communication du Gouvernement