Lundi 1er août 2016 - Recensement biométrique : des étudiants disent être surpris.

VUES: 6681 FOIS

Initiée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, la phase pilote du recensement biométrique des étudiants et du personnel d'encadrement de l'Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a pris fin ce weekend à Conakry. Ayant pour université pilote Gamal Abdel Nasser de Conakry, ce projet va permettre d’assurer la bonne gouvernance des institutions d'enseignement supérieur, des centres de recherche, de documentation et d'information.

« Le processus se passe en deux phases. La première constitue la validation de l’authenticité de l’étudiant par la scolarité de l’université et le Ministère de l’enseignement supérieur. Ensuite, l’étudiant vient vers nous avec cette fiche de validation pour que nous les enroulions biométriquement » explique Mamadou Sadio Diallo, responsable de l’entreprise chargé de ce recensement biométrique.

C'est le 19 juillet dernier que cette opération de recensement biométrique des étudiants et du personnel d'encadrement a démarré. L’original du diplôme et du relevé de notes du baccalauréat, l’extrait de naissance et la carte d’étudiant sont les principaux documents à fournir pour être enroulé. Mais si cette opération se déroule bien pour certains étudiants, elle ne l’est pour d’autres.

« Ça nous a surpris puisqu’il y a beaucoup de nos amis qui sont déjà partis en vacances. Nous avons été informés pendant les vacances. Mes amis qui n’ont pas reçu leurs documents au complet sont allés au Ministère. Ils leur ont dit de payer 230 milles francs guinéens pour rentrer en possession de leurs diplômes du baccalauréat » déplore Mamadou Diallo, étudiant en première année médecine.

Pour des responsables de l’université, ce recensement biométrique des étudiants va leur faciliter la tâche dans le fonctionnement de leur institution à travers la maitrise des effectifs pour une gestion rationnelle et efficiente des ressources, la facilitation de l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de gestion des étudiants, ainsi que l’établissement des statistique fiables pour constituer un outil d’aide à la planification et à la prise de décision.

Ce projet pilote qui a pris fin ce week-end concernait les étudiants pour cette première étape. Il s’étendra sur toutes les autres institutions d’enseignements supérieurs du pays à partir du 15 septembre 2016 prochain.

Lopez Faya Yombouno.

666 / 657 90 66 50