Forécareah : Accusée d’avoir administré une dose de soude caustique dans la cuisse d’un nouveau-né, Mafèrèn Bangoura s’explique

0
100

D’entrée, Mafèrèn Bangoura précise : « Ce n’est pas l’enfant de ma coépouse mais de la maitresse de mon mari ». Rencontrée par notre rédaction, la dame affirme avoir  injecté le bébé avec de l’eau mélangée avec la soude caustique, le jour de son baptême.

En disant avoir regretté l’acte, notre interlocutrice a tenu tout de même donné éclairer quelques zones d’ombre dans ce dossier.  « Je ne savais pas que cette femme (la mère du bébé) sortait avec mon mari. Elle était mariée à Forécareah et a divorcé avec son mari. Elle est venue alors suivre mon mari à Tassène. Au début, je pensais qu’elle sortait avec l’ami de mon mari. Donc on était très d’accord. Environ cinq mois après, elle est tombée enceinte. Quand ils l’ont demandée, elle a dit que c’est mon mari qui l’a enceintée. Acte que mon mari a nié devant tout le monde, même les parents de la femme en question. Personnellement, j’ai demandé mon mari, il a juré que ce n’est pas lui.

De ce fait, pendant toute la grossesse de la dame, selon ce que je connais, mon mari n’a dépensé aucun centime pour elle. En tant que femme, je lui donnais de temps en temps de l’argent  quand mon mari a su cela, il m’a dit de ne plus faire de geste car il n’est pas l’auteur de la grossesse. J’ai donc arrêté tout contact avec la fille. Je ne l’appelais plus et je ne lui donnais plus à manger.  Dix mois après,  elle a accouché. Mon mari est toujours resté sur sa position, que ce n’est pas son enfant. Sa famille (celle de mon mari) a mis pression sur lui de reconnaître l’enfant. Il s’est alors déplacé pour aller saluer la femme.  Ce jour-là,  je venais d’un marché hebdomadaire.  Moi aussi je suis partie saluer la femme et le bébé.

Le premier jour programmé pour le baptême n’a pas eu lieu car, comme il a dit que ce n’est pas pour lui le bébé, il ne doit pas faire son baptême. Le second jour programmé pour le baptême a eu lieu. Ils sont donc partis faire le baptême du bébé. Ils ont fait tout ça sans me dire, alors que mon mari a passé tout son temps à nier. C’est alors que j’ai pris l’enfant et l’envoyer dans une chambre et l’injecter avec de l’eau mélangée avec de la soude caustique

C’est maintenant que je me rend compte que j’ai causé du tord à une innocente. Je demande pardon à l’enfant, ses parents et les autorité», témoigne dame Mafèrèn.

TÉMOIGNAGES EN SOUSSOU  succéssivement de dame Maférin et de son Mari ci-dessous :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*