Affaire CPP : Aboubacar Biro Soumah s’insurge contre les propos ‘’divisionnistes’’ de Damaro

0
184

La sortie de Amadou Damaro Camara sur une prétendue adhésion du RPG au Collectif des partir m ne passe inaperçue aux yeux de Aboubacar Biro Soumah. Pour le président du Parti pour le Progrès et le changement (PPC), les propos de l’ancien président de l’Assemblée nationale vont dans le sens de la haine et de la division des Guinéens.

« Nous avons tous suivi ces communications ethno-stratégiques du régime d’Alpha Condé. Nous ne voulons plus ça en Guinée. Car nous désormais il faut que les Guinéens se donnent la main pour la réussite de cette transition. Malheureusement, cette sortie de M. Amadou Damaro Camara va dans le sens de la haine et de la division des Guinéens. Nous ne pouvons pas condamner le parti du RPG arc-en-ciel pour ses propos parce que Damaro n’a pas parlé au nom du parti. Amadou Damaro Camara est connu de tous les Guinéens. Ce type est dangereux pour la nation guinéenne » dénonce-t-il.

Poursuivant, Aboubacar Biro Soumah invite la justice guinéenne à sévir contre tout ce qu’il qualifie de dérives qui gangrènent notre société : « Il a toujours dit qu’il est un héros de la guerre et qu’ils ont tué, ils n’ont pas peur. Il faut se méfier d’un tel monsieur. Mais la justice doit se lever maintenant pour barrer le chemin à toutes ces dérives qui gangrènent notre société pour une transition ».

Selon le leader du PPC, la sortie de l’ancien président de l’assemblée nationale ramène le pays dans les anciennes pratiques combattues sous le régime de l’ancien président déchu du pouvoir.

« Nous sommes en train d’assister avec regret au retour sur la scène politique des comportements néfastes déplorés dans le passé dans notre société. Il s’agit de ces types de communications qui ne font pas dans l’intérêt des Guinéens. Nous avons suivi pendant plus de dix ans les mêmes pratiques sous le règne d’Alpha Condé, dont certains commis de l’Etat et politiciens se permettent de passer dans les médias pour s’attaquer aux autres. Des sorties qui vont jusqu’à nous ramener dans les anciennes. Vous savez en 2010, ils ont parlé ici d’empoisonnement de l’eau qui a conduit aux affrontements entre deux communautés. Chose que tout le monde avait déplorée à l’époque. Après ça il y a eu des sorties comme trois contre un. Alors que la Guinée c’est quatre régions naturelles » rappelle-t-il.

Mohamed Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*