Le président de l’association guinéenne des tenanciers s’est prononcé sur l’arrestation d’une cinquantaine de tenanciers et de certains clients qui ont été conduits dans certains juridictions de la place. Interrogé Valy Sakho interpelle l’Etat à la relaxe pure et simple des personnes arrêtées

nous demandons purement et simplement que l’État regarde le cas de ces enfants, parce que c’est des adolescents. Is sont à l’âge fleurissant, c’est des enfants qui sont là aujourd’hui, qui sont l’avenir de la Guinée. Bien vrai que ces enfants n’ont pas respecté le couvre-feu, ils ont failli à la loi, mais moi je pense bien que ces enfants n’ont pas leur place à la maison centrale“, a-t-il lancé.

Poursuivant il ajoute: “Les tenanciers qui ouvrent aujourd’hui les bars clandestinement ne le font pas parce qu’ils veulent le faire, ils le font parce qu’ils souffrent. Depuis 2020 jusqu’au jour d’aujourd’hui, ces tenanciers tirent le diable par la queue. Ils ont la facture d’eau, d’électricité, de loyer qui leurs attendent et tout cela peut attendre, mais il y’a un adage français qui dit qu’un homme qui a faim n’est pas un homme libre. Si tel est le cas, ces enfants sont tenus obliger de mettre leur poitrine en face de la loi pour au moins survivre. Donc il y’a beaucoup de chose autour de ça que l’État doit tenir compte. Si nous n’avons pas été accompagnés, subventionnés, qu’on accepte notre liberté, qu’on accepte notre fonctionnement parce qu’il y’a des vies qui en dépendent”, a-t-il fait comprendre.

Au terme de son intervention, le président de l’association des tenanciers a appelé ses pairs au respect des heures de couvre-feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*