Au cours d’une journée de réflexion sur l’éducation guinéenne tenue à Conakry, le président de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) s’est largement prononcé sur le système éducatif guinéen.

 

Selon Bah Oury, la crise qui mine le système éducatif ne date pas d’aujourd’hui. « En ce qui concerne la question de l’éducation, c’est un thème central, parce que l’avenir c’est à partir de l’éducation de manière globale. Donc nous sommes en crise depuis très longtemps. Le système  doit être rénové pour permettre à la société guinéenne d’être au rendez-vous dans les 10 prochaines années avec son temps. Il y a une révolution technologique qui est là que nous n’avons pas pu intégrer dans le système éducatif. Vous avez vu les conséquences que ça amenées en ce qui concerne la pandémie de COVID-19.  Des pays qui avaient anticipé ont pu sauver des années scolaires, sauver l’éducation, encourager les enfants à poursuivre l’école même à distance. » A-t-il expliqué.

 

Et de souligner que l’éducation publique meurt à petit feu:

 

« L’héritage était lourd dans le domaine de l’éducation nationale. Malheureusement les réformes n’ont pas suivi et les disfonctionnements de l’éducation nationale bien avant l’arrivée de M. Alpha Condé au pouvoir ont été amplifiés. Si vous regardez, aujourd’hui l’éducation publique est entrain de mourir. C’est l’éducation privée qui prend le dessus avec la nécessité pour les parents de débourser de l’argent pour permettre à leurs enfants de se scolariser. Donc il y’a une démission de la puissance publique par rapport à un de ses rôles majeurs qui est de préparer les citoyens guinéens de futur et en plus de permettre à tous les enfants de la Guinée d’avoir une certaine égalité(…) pour aujourd’hui et pour demain. ».

 

Pour le président de l’UDRG, le système éducatif guinéen de façon générale doit être revue(…) pour s’adapter à un monde qui est perpétuellement en changement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*