Bicéphalisme au sein du patronat guinéen: Habib Hann apporte des précisions

0
923

Depuis quelque temps le patronat guinéen est paralysé par un bicéphalisme, une guerre de leadership sans précédent. Face à cette cacophonie, Mohamed Habib Hann, président du Conseil national du patronat guinéen (CNP-G), brise le silence pour apporter des précisions sur cette guéguerre qui mine leur secteur.

Face à la presse ce lundi 22 mars 2022, Mohamed Habib Hann, déclare que le mieux, c’est de mettre en place un patronat unique où tous les efforts convergent vers la même vision de façon à avoir une entité.

« On vient de mettre en place le bureau exécutif de la Chambre du commerce, mais le patronat, jusqu’à présent il y a des divergences de points de vue (…) Le mieux, c’est de mettre en place un patronat unique et c’est possible dans la mesure où tous les efforts convergent vers la même vision de façon qu’on ait une entité. Moi je ne suis pas opposé, que tout le monde soit autour de la table. Sinon je suis élu démocratiquement dans la plus grande transparence, je peux dire je continue. Le chef de l’Etat a fait un appel, il a demandé à ce que les patronats soient unifiés mais pas dans l’exclusion. On ne peut pas unifier dans l’exclusion, ce n’est pas possible. Ma vision a été de m’approcher du bureau exécutif, de parler avec eux et de leur dire ensemble exposons nos préoccupations, essayons comment on peut arriver et mobiliser tout le monde et être autour de la table. La cacophonie ne sert à rien. Aujourd’hui, c’est vrai qu’on est régie par des textes qui protègent les patronats, nous sommes tous des Guinéens, nous avons une vision c’est celle d’aider la gouvernance actuelle… »

Pour mettre fin au bicéphalisme au sein du patronat guinéen, le président du Conseil national du patronat guinéen (CNP-G), propose,

« Le patronat n’est pas une propriété privée, le patronat n’est l’apanage de personne, c’est un bien qui appartient au secteur privé guinéen. Le patronat est un problème de leadership. D’ailleurs, il faudrait qu’on arrive à dire qu’on ne s’éternise pas à la tête du patronat. Le patronat doit avoir des règles à respecter, c’est parce qu’on n’arrive pas à respecter ces règles qu’aujourd’hui on se retrouve dans une cacophonie, sinon c’est des congrès électifs à des périodicités qui sont déterminés qui peuvent conduire à l’élection d’un bureau ou à des changements de gouvernement. Nous envisageons de mettre en place la maison de l’entrepreneuriat, nous allons conduire plus tard à la formation des jeunes de façon à ce qu’ils soient des chefs d’entreprises. Le patronat est à la portée de tout le monde. Je pense que c’est une mauvaise lecture de ceux qui aujourd’hui vivent au niveau du patronat. Si vous voulez c’est la convergence de tout cela qui peut conduire à la mise en place d’un bureau ». a-t-il souligné

Poursuivant, Mohamed Habib a donné le profil qui pour lui correspond au prochain leader du patronat guinéen.

 « Ce qui est important pour nous, c’est d’avoir une institution, c’est la vision que nous avons. Un patronat fort, une institution forte représentée par des personnalités crédibles, des personnalités qui ne s’approprient pas des marchés publics et qui ne les réalisent pas. Des personnalités qui ne prennent pas des capitaux de l’Etat et s’en approprient, c’est un patrimoine de l’Etat. Des personnalités qui créent de l’emploi, et ce sont des personnalités qui partagent les marchés. Si nous arrivons à bâtir un patronat unique, ce patronat sera fort, les partenaires auront confiance, les investissements se développeront », a-t-il estimé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*