Guéckédou/Route nationale: L’arrêt des travaux devient source de maladies pour les citoyens

0
227

L’arrêt des activités sur la route Guéckédou Kaïlahou  devient un calvaire pour les riverains. Des occupants de cette nationale long de 18 kilomètres vivent dans la poussière, il y’a de cela près d’un ans. Des citoyens sont exposés à plusieurs maladies  comme entre autres la tuberculose, le rhume…

La rédaction de kalenews.org est allé à la rencontre de certains riverains qui  vivent tout au long de cette route nationale.

Jeans Lèno citoyen dit être déçu de l’attitude des autorités du pays face à cet arrêt des travaux sur cette route.

« Je suis vraiment déçu du comportement des autorités du pays.Comment est ce que des travaux de la construction d’une route peuvent arrêter sans motif réel.Tant tôt ils nous disent que c’est manque du financement qui cause problème.Je ne sais vraiment pas quoi dire. On souffre plus d’un», dit-il.

Plus loin Moussa Traoré appelle les autorités à leur venir en aide afin d’achever les travaux sur cette nationale.

« Je demande aux autorités compétentes de nous venir en aide. Nous sommes dans la souffrance. Nous sommes confrontés à toutes sortes de maladies contagieuses et infectieuses c’est dernier temps. Ils sont venus mettre de la boue sur la route sans mettre le goudron ça c’est grave. On leur demande de nous venir au secours pour goudronner cette route nationale».Se plaint t-il ce riverain.

Même son de cloche chez Tamba Sandouno un autre riverain.

«Je suis malade comme on parle. Je suis vraiment agrippé. Il y’a plusieurs de nos parents qui sont malades, couchés à l’hôpital. Beaucoup souffrent de la tuberculose. Nous les conducteurs de taxi moto sommes tellement exposés à des maladies respiratoires depuis l’arrêt des activités sur cette route. J’interpelle les nouvelles autorités de goudronner cette route. On vit dans le plus grand danger», relate Ce taxi motard.

Il faut noter que les travaux de cette route ont été lancés en 2019 par le gouvernement d’alors. C’est la société Tunisienne ITED qui s’en occupe, selon nos sources d’information.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*