Guinée : « Aujourd’hui nous vivons un multipartisme intégral sauvage… » Dixit Aboubacar Soumah président du GDE

0
150

Après le report des élections législatives du 16 février dernier pour le 1 mars 2020, le président du parti Guinéenne de la Démocratie et de l’Equilibre s’est exprimé ce week-end sur la situation socio politique du pays. Il a, dans ses propos, qualifié le multipartisme guinéen de sauvage. Selon lui ce multipartisme est la cause principale de la rupture du tissu social.

« C’est vrai que nous avons arraché l’indépendance dans les mains du colon, mais nous n’avions pas su gérer cette indépendance avec intelligence. Les hommes politiques des deux côtés, de l’opposition et de la mouvance n’ont pas pu gérer ce qu’on pourrait  appeler les divergences politiques. Ceux  qui ont eu la force ont essayé de détruire les faibles, ainsi la substance grise a fini par céder la place aux analphabètes,  la vérité a cédé la place au mensonge, la peur a pris la place au courage, et par fini c’est l’hypocrisie et la démagogie  qui ont eu raison sur le terrain guinéen », s’insurge Aboubacar Soumah.

Loin, il affirme : «  C’est cette situation qui prévalue jusqu’à l’arrivée de général Lansana Conté au pouvoir, malheureusement de bonne foi, il n’a pas eu la chance d’avoir un entourage sérieux, malheureusement les héritiers du régime défunt n’ont fait que ce qu’ils ont fait et voilà les conséquences que nous subissons aujourd’hui avec ce multipartisme intégral sauvage, qui a eu l’occasion de mettre en place des partis ethnos régionalistes ».

Parlant de l’annonce faite par le président Alpha Condé sur le couplage des élections législatives et référendaires, Aboubacar Soumah estime que chaque guinéen est libre de son choix de vote.

« Pour ce qui concerne le couplage, c’est une interrogation que le président de la République a le droit d’interroger les guinéens. Il revient à ces citoyens dans la paix, dans la stabilité de répondre chacun en ce qui lui concerne sur cette interrogation soit par oui ou soit par non ou soit par abstention. Cela ne nécessite absolument pas d’affrontement entre nous », souligne Aboubacar Soumah.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*