Guinée : L’écrivain Thierno Monenèmbo rejoint le FNDC pour défendre la Constitution de 2010

0
235

Le célèbre écrivain était face aux hommes de médias, ce mardi 25 juin. Il était question pour lui de manifester son adhésion au Front National pour la Défense de la Constitution(FNDC) et les raisons qui le motivent.

Entouré par des membres du FNDC, Thierno Monenèmbo a, après avoir expliqué les raisons de son adhésion, rappelé l’historique du principe sacré de la constitution.

« Si je suis là ce matin, c’est parce que je partage profondément les principes et idéaux de ceux qui ont eu l’initiative de créer le Front National pour Défense de la Constitution. Je pense en effet que la constitution n’est pas quelque chose d’important. C’est quelque chose de sacré. Et le mot sacré est de plus en plus galvaudé en Afrique. L’Afrique est en train de perdre le principe du sacré. La société traditionnelle était organisée autour du principe sacré. Les traditions africaines étaient sacrées, les lois qui les régissaient étaient sacrées pour tout le monde. Pas seulement pour les sujets, mais pour toutes les catégories sociales, à commencer par l’aristocratie africaine elle-même qui était justement chargée de défendre ces coutumes. Dans les temps anciens, un chef traditionnel était soumis à des règles précises aussi bien dans le domaine vestimentaire, dans le domaine alimentaire que dans le domaine textuel. S’il transgressait, il était destitué et parfois mis à mort. La loi générale est sacrée. Vous ne pouvez pas la touché n’importe comment », a martelé le célèbre écrivain.

Pour lui, la défense de la constitution transcende le combat politique d’où son engagement dans cette lutte.

« Tant qu’on jonglera avec la constitution, c’est le principe même de l’Etat qui sera remis en cause. Donc ce combat que nous commençons à mener maintenant est un combat qui intéresse tout le peuple de Guinée en général. Et je suis ravi de constater que c’est la société civile qui est devant, les partis politiques sont derrière. Puisque le problème n’est pas politique. Il dépasse la politique. C’est une question de citoyenneté », a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*