Mamadi Kaba : « Le leadership de la société civile au sein du FNDC est très faible »

0
67

Plusieurs partis de l’opposition réunis au sein du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), mènent une bataille contre le maintien au pouvoir du président Alpha Condé. Des organisations de la société civile comme la Plateforme des citoyens unis pour le développement (PECUD), ou encore le Balais citoyen, s’inscrivent dans la même lancée. Pour Mamadi Kaba, ancien président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (INIDH), la société civile doit être au premier rang du combat du FNDC : « Il faut que les partis politiques et les leaders soient plus discrets, que leurs militants soient plus actifs et que les leaders de la société civile prennent le devant de la scène, mettent les stratégies en place. Ce qu’il faut comprendre, c’est que nous sommes arrivés à un niveau où la situation est très complexe. La Guinée ne doit pas accepter que ce combat se termine avec une chute drastique du travail du FNDC, parce que là, le pouvoir deviendrait tout puissant et la démocratie va s’écouler », a-t-il prévenu sur les ondes de la radio Espace.

Cependant, il estime que le leadership de la société civile au sein du front est minime par rapport à celui des politiques : « Le leadership de la société civile au sein du FNDC est très faible. Probablement, il faut diversifier les rôles de la société civile, impliquer d’autres leaders de la société civile, c’est ce qui va pousser les leaders politiques à faire confiance au leadership de celle-ci, à se faire plus discrets pour l’accompagner », poursuit-il.

Par ailleurs, il précise que le rôle de la société civile ne consiste pas à renverser un régime en place, mais plutôt pousser les pouvoirs publics à asseoir une véritable démocratie : « La société civile n’a pas vocation de conquérir le pouvoir, elle a des revendications qui portent sur le renforcement de la démocratie et de l’État de droit. Donc, quel que soit le niveau du combat porté par la société civile, on ne peut pas l’accuser de tentative de renversement de régime. L’objectif est d’exercer les pressions maximales sur le pouvoir pour obtenir de concessions en faveur de la démocratie », fait-il savoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*