MENA : Une ambiance de succession détestable sur un fond de calomnies et de règlement des comptes

0
91

Le remaniement annoncé avec fanfare pour les jours prochains ne sera pas sans conséquences. Le Chef de l’État poussé au mur, alors que ni l’urgence ni le traditionnel républicain ne commandent sur l’obligation de remanier son gouvernement, risque de connaître un effet contreproductif.

Depuis quelques jours, des proches collaborateurs du Ministre Mory  Sangaré de l’Éducation Nationale, font courir des rumeurs au sein de la presse ou du moins des médias acquis à leur cause pour annoncer le nom du numéro du département sur la liste des prochains départs prévus du gouvernement.

Le Chef de  l’État, détenteur du pouvoir décrétale  doit faire preuve de prudence et de ruse pour ne pas embarquer dans le prochain navire annoncé même s’il n’y a pas d’urgence, des loups déguisés en technocrates ou, par maladresse, démettre des cadres qui font bien leur travail.

La guerre de succession ouverte au MENA ne concerne pas que le prestige du poste de Ministre. On parle d’une volonté des rapaces de mettre la main sur deux projets éducatifs qui démarrent en juillet 2020, avec un pactole de plusieurs dizaines de millions de dollars US. C’est pourquoi toute la convoitise des vautours sans foi ni loi qui cherchent à tout prix de s’offrir la tête du Ministre Sangaré.

Et pourtant,  un pays ne vaut que par son éducation. Il est essentiel d’inculquer les bonnes pratiques aux jeunes du pays. La qualité ne sera de mise dans nos écoles que quand les composantes ACCÈS et ÉQUITÉ , QUALITÉS et GOUVERNANCE sont bien gérées par tous les acteurs (élèves, enseignants, parents et syndicats). Chacun doit jouer sa partition dans cet ensemble qui est l’éducation. Et l’actuel occupant du MENA fait bien son travail.

Soucieux du respect du délai contractuel dans l’exécution de plusieurs contrats de construction d’écoles, de bureaux et le fait d’exiger le respect des règlements généraux des examens en Guinée pour l’inscription des candidats sur les listes des examens nationaux session 2020 en général et en particulier, le BEPC et le BAC, le Ministre ne sera-t-il pas victime de sa rigueur et de son attachement inconditionnel au travail bien fait ? Cette discipline de travail qu’il veut incruster dans l’habitude chez bon nombre de collaborateurs, fait des jaloux chez les réfractaires et habitués du laisser-aller. Au lieu d’encourager les efforts déployés par le Ministre, des marchands cravatés qui minent le département versent dans une campagne de déstabilisation visant à nuire la loyauté, l’intégrité et la belle réputation dont fait preuve Mory Sangaré qui a gravi tous les échelons avant d’être promu Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, contrairement aux petits cireurs et crieurs qui ont élu domicile dans certains couloirs.

Professeur aux collèges, Prof aux lycées, professeur d’école normale (PEN), Directeur des études de l’école normale d’instituteurs (ENI) de Labé, Inspecteur régional de l’éducation (IRE) de Labé, Inspecteur régional de l’éducation (IRE) de Mamou et aujourd’hui, Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation MENA. Quel parcours !

Et ce n’est as tout, membre fondateur du SLECG au début des années 90 au foutah, coordinateur régional du RPG arc en ciel de MAMOU qui a mouillé le maillot à travers le pays et particulièrement dans le foutah malgré le contexte politique très risqué, et dernièrement parmi l’un artisan de  la victoire du RPG-Arc-En-Ciel à MANDIANA lors du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020. Mory Sangaré est inattaquable sur le plan de l’engagement militant en faveur du Chef de l’État.

En plus des résultats inégalables qu’il a décrochés depuis son accession à la tête de ce département ministériel, Mory Sangaré est quand même l’homme qui a réussi à étouffer les mouvements intempestifs du SLECG d’Aboubacar Soumah. Là où, ses prédécesseurs ont échoué, il est parvenu à gérer la rébellion syndicale sans grand bruit et sans conséquences néfastes sur le bon déroulement des cours.

La cabale montée contre le Ministre Mory Sangaré est loin d’être la solution pour l’école guinéenne mais plutôt, des caprices d’un groupe très nuisible pour notre système éducatif.

La question que bon nombre se pose : Pourquoi un remaniement ministériel à l’heure actuelle et pour quel résultat attendu ?

Il est impératif de rappeler au Chef de l’État, que le ménage annoncé risque de causer plus de dégâts que de solutions.

A bon entendeur, salut !

Maurice Togba, Consultant et Enseignant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*