Nouveau gouvernement : Et si la primature revenait à la Moyenne-Guinée?

0
452

Le président Alpha Condé va totalement changer de stratégie politique au cours de ces derniers moments à la tête du pays. ” La primature à la Basse Guinée, l’assemblée nationale à la Guinée Forestière “. Lui, prétendant être un fils de la Haute Guinée, et la Guinée, étant composée de 4 régions naturelles, il paraît évident qu’il y’a eu bel et bien une carence, notamment une région manquante dans cette formule politique. Fut-ce une omission volontaire ou involontaire de sa part? En tout chacun s’est interrogé sur le sort réservé par le chef de l’État à la Moyenne Guinée.

 

Au-delà de ce stratagème, tout  le  monde est unanime que l’identité ethnique  a toujours été l’un des critères déterminants dans la nomination du président Alpha Condé depuis son arrivée au pouvoir en 2010. Un poste occupé par un ministre révoqué ou démis de ses fonctions, ne  peut être occupé que par un successeur appartenant à la communauté de son prédécesseur. Cela a toujours été. Une manière pour lui de préserver son électorat dans la région concernée, même si le résultat fut toujours catastrophique.

 

Avec une constitution controversée dont le projet a coûté la vie des centaines de personnes, le président Alpha Condé s’inscrit dans une nouvelle manœuvre dont le seul but est de mourir au pouvoir. Dans cette optique, il sera question pour lui de mettre ses acolytes  la tête des institutions républicaines et à la tête des deux autres pouvoirs à savoir : législatif et judiciaire. Tout se fera dans l’apparence de la légalité, de la légitimité et de l’unité nationale.

 

Après  avoir imposé à son parti, majoritairement représenté à l’assemblée, le choix de Amadou Damaro Camara, un de ses complices inséparables, à la tête du pouvoir législatif, le président Alpha Condé envisage de nommer un peulh à la primature, qui pourra projeter image de l’unité nationale.

 

Quant au pouvoir judiciaire, l’un des 3 membres qu’il aura à choisir dans la composition de la cour constitutionnelle, sera nommé comme président à la place de l’actuel président de ladite institution Mohamed Lamine Bangoura. Du moins, c’est ce que nous nous ont fait comprendre des personnes proches du palais.

Pour le moment, rien ne nous a été dit sur le nom de la personne promue pour le palais de la  Colomb. Ce nom sera divulgué dès que possible.

 

À la question de savoir quelle sera la place de Ibrahima Kassory Fofana, actuel premier ministre, ces mêmes sources nous ont fait savoir qu’il sera nommé comme haut représentant du chef de l’État à la place de Sidya Touré, et qu’il est prévu comme le successeur présomptif du président Alpha Condé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*