Ce vendredi 09 juillet 2021 les évaluations de fin de cycle au compte de l’enseignement technique ont démarré sur toute l’étendue du territoire national sous le signe ”tolérance zéro”. A N’Zérékoré c’est au centre de formation professionnelle que le lancement des premières épreuves a été effectué par le gouverneur de la région, en présence des autorités éducatives.

Dans son intervention, l’inspecteur régional de l’enseignement technique Jean Guilavogui est d’abord revenu sur la situation des candidats avant d’appeler des surveillants à plus de  sérénité et de vigilance.

« On appelle cet examen l’examen des travaux pratiques. Il y’a eu beaucoup d’efforts de la part du département c’est quelque chose d’innovant. C’est aujourd’hui qu’il y’a eu le dépôt dans les centres des fournitures donc c’est quelque chose de salutaire aussi. Il y’a eu des innovations à certains travaux pratiques. Par rapport aux candidats ils ont pu parachever tous les programmes dans le savoir-faire même, des stages ont été accomplis de façon normale. Il n’y a pas eu de défaut en vers des encadreurs surtout au système d’apprentissage. Donc c’est le moment de remercier et encadreurs et apprenants. Cet examens est placé sous l’égide de tolérance zéro et du côté sanitaire les dispositions ont été prises »,  a laissé entendre l’inspecteur régional de l’enseignement technique

Interrogé, Seny Rose Haba apprenante à la filière mécanique et candidate à cet examen, se dit prête à affronter toutes les évaluations dans les meilleures conditions.

« J’ai choisi ce métier parce que j’aime et c’est bon pour les femmes. Donc je demande à mes amies d’apprendre le métier. Je suis prête à affronter cet examen dans les meilleures conditions. Je suis en train d’affronter la première épreuve et elle se passera dans de bonnes conditions », a-t-elle expliquée

 

Une satisfaction pour Alphadjan Baldé, étudiant à la filière menuiserie et candidat à cet examen.

« Je suis fière d’affronter cet examen. J’ai choisi la menuiserie parce que c’est un métier que j’ai aimé il y’a longtemps. quel qu’en soit la souffrance je vais l’exercer, c’est mon choix », a-t-il dit

Même son de cloche chez Charles André Haba, candidat pour la filière chaudronnerie.

 

« Je suis vraiment content pour cet examen parce qu’on n’a suivi de bonnes formations grâce à nos formateurs. Donc nous sommes sincèrement prêts. On fera notre mieux si Dieu accepte. On va bien affronter cette première épreuve », nous a fait savoir ce candidat.

 

Il faut noter qu’ils sont au total 2094 candidats dont 1105 filles répartis dans 7 centres d’examens dans la région de N’zérékoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*