Présumé cas d’Ebola en Côte d’Ivoire :« l’erreur est humaine…», dixit Dr Sakoba Keita

0
94

Au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 1er septembre à Conakry, le Directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) s’est exprimé sur la situation de la femme guinéenne qui avait été déclarée positive au virus Ebola le 14 août 2021 par la Côte d’Ivoire, avant d’être déclarée un non-cas mardi par l’OMS.

Dr Sakoba Keita considère que c’est une erreur médicale et invite les Guinéens à moins de commentaire.

Par rapport à cette situation, les autorités sanitaires après concertation avec le ministère de la santé, nous avons demandé à tout nos collaborateurs et surtout la presse de mettre la balle à terre. L’erreur est humaine… et la maladie qui crée beaucoup plus d’émotions au niveau mondial aujourd’hui, c’est Ebola, parce que son taux de mortalité est très élevé. Cela fait peur à la Côte d’Ivoire surtout que le pays n’a jamais vécu cette maladie. Nous, nous comprenons les autorités de la Côte d’Ivoire.
Nous pensons que ce n’est pas le moment de dire qui a gagné ou qui a perdu. Ce n’est pas un match de football. En matière de santé, il n’y a pas de match, on se complète et on apprend ensemble“, a-t-il lancé le D/G de l’ANSS.

Il a par ailleurs souligné qu’il est prévu qu’une délégation des autorités sanitaires se rende dans la famille de la jeune pour : “expliquer ce qui s’est passé et également présenter des excuses à la famille“, a-t-il fait savoir avant d’ajouter:

Nous allons également intervenir auprès de notre ambassade pour qu’une délégation soit formée en Côte d’Ivoire pour faire la même chose dans la famille qui est là-bas et même des ressortissants guinéens qui ont été victimes de stigmatisation là-bas“, a précisé Dr Sakoba Keita.

Présent à la rencontre, le représentant de l’OMS en Guinée, Pr. George Alfred Kizerbo appuie: “la demande faite par la Guinée est tout à fait en ligne avec le règlement sanitaire internationale. Il est demandé à un pays qui fait une déclaration de s’assurer que les centres d’excellence dans le domaine en particulier les maladies à virus hémorragique, sont saisis pour une triangulation et une confirmation définitive… Les autorités ivoiriennes, ce qu’elle ont fait hier est aussi en ligne avec les règlements sanitaires. Quand on peut décaler un cas, on peut aussi déclarer un non-cas“, a-t-il notifié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*