Santé : Bientôt un plan national de chirurgie en Guinée

0
296

L’association guinéenne de chirurgie   (Aguichir) a organisé sa toute première journée scientifique, ce jeudi à Conakry. Cette journée scientifique a pris deux jours. Elle avait pour thème principal: Accessibilité aux Soins Chirurgicaux d’Urgence.

Au cours de cette concertation entre les chirurgiens et d’autres experts de santé, les débats étaient axés  sur deux points à savoir : des urgences chirurgicales et la déconcentration des spécialités chirurgicales.

 

« Ces deux jours ont débouché essentiellement sur la prise en charge des urgences ; comment il faut rapprocher la chirurgie de qualité au niveau de nos populations, parce que si on ne fait pas une bonne chirurgie c’est la vie du malade qui est en danger. En sauvegardant la vie du malade, nous contribuons au développement du pays ;  faire l’équité, distribuer la chirurgie jusqu’au niveau de nos populations pour leur permettre de bénéficier la chirurgie de qualité ;  et la mise en place d’un plan nationale de de la chirurgie. Ce plan national de la chirurgie est quelque chose de transversal. Donc il concerne tous les départements. Ça ne va pas régler tous les problèmes mais ça nous permettra de démarrer sur quelque chose de solide. Ça va se pérenniser dans le temps sur le plan de la chirurgie. C’est-à-dire avoir des ressources humaines de qualité et puis les équipements de service et le plateau technique », a expliqué Biro Diallo, Président de l’Association Guinéenne de Chirurgie.

Présent à ce congrès, Mohamed Cissé,  doyen de la faculté de médecine a, au nom du ministre de l’enseignement supérieur, exhorté les Chirurgiens guinéens à rédiger les termes de référence dans ce plan national de la chirurgie.

« Je voudrais, au nom du ministre, exprimer ma gratitude à l’endroit du comité d’organisation mais aussi de tous chirurgiens guinéens qui ont accepté de se mettre ensemble pour pouvoir organiser ce premier congrès qui, je suis convaincu, ne sera pas le dernier, va aider notre système de santé, surtout sur le plan de la chirurgie, à sortir de l’ornière.

Je suis convaincu que lorsque vous allez vous mettre à la tâche dans les jours qui suivent, en élaborant votre plan. Cela va nous aider naturellement à améliorer la prise en charge des pathologies chirurgicales dans notre pays ».

Ces chirurgiens ont  un mois pour pouvoir élaborer un plan, selon le doyen de la faculté de médecine. À la suite de la rédaction de ces termes, ajoute-il, que nous prenions contact avec des institutions comme L’OMS qui, dans un premier temps pourrait recruter un consultant pour nous très rapidement, pour que ce plan soit élaboré, budgétisé et mis à la disposition du ministère de la santé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*