UFDG-FRANCE : La création d’une 2ème fédération UFDG au sud est stratégiquement et politiquement nécessaire

0
357

Il est temps que les responsables de l’UFDG France se rendent comptent que la démocratie, c’est beaucoup plus que la pratique des élections et le gouvernement de la majorité : c’est un type de mœurs, de vertu, de scrupule, de sens civique, de respect de l’adversaire ; c’est un code moral. L’adhésion populaire est essentielle. Avec l’adhésion populaire, rien ne peut échouer ; sans elle, rien ne peut réussir.

Les cadres de l’ufdg, les vrais responsables, ceux-là qui se battent pour que le parti triomphe doivent écouter les militants et sympathisants du parti qui souhaitent voir une deuxième fédération de l’ufdg en France.

Ils sont nombreux les partisans du parti à Lyon, Marseille, Toulouse, Grenoble, Limoges et partout à travers la France qui clament haut et fort depuis des mois la nécessité et leur souhait de voir créer une deuxième fédération de l’ufdg au sud de la France.

Personne ne peut expliquer avec des arguments politiques solides qu’il n’est pas important d’avoir une deuxième fédération du parti au sud de l’hexagone.

Alors pourquoi, le blocus existe, pourquoi la demande légitime qui corrobore parfaitement avec la ligne et les statuts du parti n’a toujours pas eu une réponse claire et précise qui respecte les textes du parti ?

C’est justement parce qu’une minorité des affairistes et des personnes qui défendent des intérêts personnels et égoïstes s’appuie sur des hauts cadres du parti pour empêcher toute initiative qui va dans le sens de permettre à l’ufdg d’augmenter son ancrage politique en France par la création d’une deuxième fédération car cela mettra à découvert et à nu, leur incapacité et leur médiocrité.

Depuis des années des hommes dignes, responsables, patriotes ont fait des sacrifices énormes pour construire un mouvement politique constant capable d’inspirer confiance et de représenter un alternatif crédible face à la dictature, au totalitarisme et à la mauvaise gouvernance, de BAH Oury en passant par BA Mamadou jusqu’à l’équipe de Cellou Dalein DIALLO, des hommes et des femmes de toutes les ethnies, des toutes les régions et de toutes les religions se sont battu et continu de se battre pour que l’union de force démocratique de Guinée accède à la magistrature suprême de notre pays.

Des simples citoyens, des personnes de toutes les catégories sociaux professionnelles ont tout donné pour que ce parti accède au pouvoir de façon démocratique, certains militants et sympathisants ont perdu la vie, d’autres sont devenu des handicapés à vie ou ont perdu toute leur économie mais les mobilisations en faveur de ce parti restent toujours vives et impressionnantes, mêmes les familles qui ont perdu des proches gardent toujours espoir, ils n’affichent aucun regret, ils sont toujours en première ligne pour la défense des valeurs démocratiques et fondamentales pour l’encrage d’un système fondé sur la justice et l’égalité des chances dans notre pays.

Mais est ce que tous les responsables à tous les niveaux défendent vraiment les intérêts du parti ?

A cette question, la réponse est sans équivoque, s’il est indiscutable qu’il y a des cadres et responsables à l’ufdg qui se battent et mettent toute leurs énergies en action pour l’arrivé de l’ufdg aux affaires, il y a d’autres par contres qui constituent des facteurs de blocage, des dangers potentiels pour le fonctionnement démocratique de l’ufdg car ces derniers travaillent à leur propre compte, ils défendent des intérêts qui vont à l’encontre de ceux du parti, ils empêchent toute contradiction constructive au sein du parti.

Posons-nous les vraies questions :

La France étant un grand pays, un pays où vivent aujourd’hui un nombre important de nos compatriotes, un pays qui, il faut oser le dire, a une influence particulière dans la vie politique de l’Afrique en général et de l’Afrique francophone en particulier.

Qui a intérêt, à ce que l’ufdg ne devienne pas une force incontournable dans ce pays ?

Seule une personne politiquement faible ou en tout cas quelqu’un qui défend ses propres intérêts s’opposerait à ce qu’il y ait une deuxième fédération du parti en France car la nécessité est visible.

Aujourd’hui des grandes villes partout en France, ou vivent des milliers des guinéens n’ont même pas une section du parti.

Comment comprendre que Toulouse, la quatrième ville de France n’a toujours pas une section de l’ufdg ?

C’est une preuve que la fédération de l’ufdg de paris fonctionne de façon bancale et qu’il y a pleines des choses à revoir.

La fédération actuelle n’organise pas des activités, elle est presqu’inexistante. Avoir les cartes de membres et les documents du parti est plus complique en France et plus chers que dans tous les autres pays d’Europe. Pourquoi ?

Pour terminer, je vais rappeler ici que l’objectif de cette tribune est loin d’être un sabotage à l’encontre du parti. L’ufdg est un idéal commun, une cause, un ensemble des valeurs pour les quelles, je me suis engagé, j’ai un grand respect pour le président du parti et les responsables du bureau politique national, mon seul objectif est qu’il y ait une prise de conscience collective, que les bonnes personnes de notre mouvement politique, entendent raison et qu’ils puissent évaluer la situation du parti en France.

 

E-mail : bhoyesank95@gmail.com

Étudiant et militant politique

-Université Toulouse 1

-Diplômé de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry

-Diplômé de l’école nationale des postes et télécommunications de kipé ENPT

– Ancien élève du lycée Amilcar Cabral de Mamou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*